Filtre en cours : Novembre 2015
09 nov. 2015
Martial, gaufrage et découpe, 25 ans chez Hanser

A 52 ans, Martial est le dernier d’une famille de 10 enfants. Bien que ses frères et sœurs l’appellent « le parisien », Martial n’oublie pas pour autant ses racines picardes et son sens terre à terre des réalités. 

Sans jamais se départir d’une exigence assez développée chevillée au corps, Martial a eu l’occasion de former de nombreux stagiaires ou apprentis, surtout dans la première partie de sa carrière. Titulaire d’un CAP de chaudronnier, ayant travaillé jeune dans l’exploitation familiale, il rejoint la région parisienne en suivant sa femme native du cru. Par connaissance, il est embauché chez Cartonnex, une société pharmaceutique où il devient responsable de la découpe en trois ans et demi seulement. Après avoir formé quelques salariés, il arrive à l’âge de 25 ans chez Hanser comme conducteur de machine. 

Etape du gaufrage

« Ici, je travaillais plus la feuille et le papier que le carton. C’est beaucoup plus fin, plus difficile aussi. Lorsqu’on travaille pour la marque Lancôme, c’est beaucoup plus délicat », reconnait Martial. En effet, à l’étape du gaufrage, les produits sont valorisés avant son intervention. Le gaufrage est quasiment  le dernier poste avant le façonnage manuel puis, enfin, intervient le pliage et le collage. Une autre étape qui demande beaucoup d’attention. 

La technique du gaufrage est particulièrement complexe. « On fait réaliser des clichés en magnésium ou en laiton à l’extérieur. Ils permettent de donner du relief à une feuille, comme c’est le cas pour le logo d’Hermès par exemple. On place le film sur la gravure souhaitée sur la feuille. On peut apporter des éléments supplémentaires (buvards, plastiques) afin d’améliorer le moulage ». Une des spécialités de la maison est le gaufrage multi niveaux, technique assez recherchée. 

Découpage après le gaufrage

La forme désirée par le client, réalisée à l’extérieur est soumise à son service chez Japell Hanser Sag. Une forme est réalisée par un formiste, à l’extérieur. Une fois la commande arrivée dans les locaux de l’entreprise, Martial travaille avec des cito, afin de faire des contre parties pour les rainages. Adaptées selon le type de papier (granulé, pelliculé…), il les utilise avant de mettre des points d’attache, selon la forme de découpe. Une étape qui nécessite un sens de la précision proche de l’orfèvrerie. 

Après réglage de la pression (20 à 30 tonnes grâce à la machine) sur le papier, Martial utilise une disqueuse adaptée (0.3, 0.4, 0.5 mm) à la forme voulue sur la feuille de mise. Seule 60 à 80% de coupe est réalisée directement à la pression programmée, le restant étant effectué par un ajout de papiers gommés. « Plus le papier est épais, plus les points d’attache sont larges », résume l’orfèvre du gaufrage et du découpage.