Filtre en cours : Septembre 2015
28 sept. 2015
Sabrina Loffredo, service fabrication, toujours à l’écoute

Avec 23 ans d’ancienneté chez Japell Hanser Sag, Sabrina  a un sens aigu du service clientèle. Dans son service, l’accueil client et le traitement des devis est fait dans l’heure. En effet, le service fabrication débute dès 5 h du matin à Pussay jusqu’ à 12h30 ou bien de 12h30 à 20h. Un rythme à prendre donc pour être au plus près de l’accueil client…

Atout de taille, Sabrina Loffredo connaît les différents postes liés à l’entreprise Japell, ainsi que certaines contraintes techniques, pour avoir travaillé sur différentes machines.

« Certains clients veulent être livrés tôt le matin, c’est pourquoi, dès 5 heures, nous sortons les bons de livraison afin que les camions partent le plus tôt possible. Nous avons nos propres chauffeurs qui livrent sur la région parisienne et bien au-delà. Les tirages roulent la nuit sur nos machines », résume celle qui a le sens de l’endurance.

Début au façonnage-découpe

Cette maman de deux enfants, sportive, effectuant quelques sorties à vélo hebdomadaire, a l’habitude de la gestion des clients et sait répondre à leurs exigences, souvent élevées.

Elle a commencé avec Mr Jacques à l’atelier de façonnage/découpe, où elle a travaillé pendant 7 ans sur trois machines. Au début, une Heidelberg typo noir (transformée en machine à rainer et découper) puis une Joahnisbergh avec cylindre et une Bobst, machine de découpage à plat, auto platine. Toujours en deux huit, depuis 1992. Sabrina a même été conductrice en vernisseuse offset  durant 3 ans et demi (vernis sélectif avec plaques photopolymère).

« A l’époque, nous faisions beaucoup d’imprimés type couvertures de magazines, de boîtes d’emballage pour les clients télécom », se souvient celle qui est désormais au contact quotidien avec les clients… et leurs habitudes de commandes.

Service fabrication

Depuis fin 2002, Sabrina a intégré le service fabrication composé de quatre personnes, deux le matin et deux l’après-midi. Ici, la tension est constante. Japell répond aux besoins des clients du matin au soir, tard. Les coups de téléphone débutent dès 7h30. Les imprimeurs sont matinaux, ce n’est pas une légende…Une fois la commande passée, les dossiers sont préparés afin d’alimenter l’atelier de fabrication. « Nous regardons au préalable si les dossiers sont conformes avec le bon de commande client. En cas de doute, nous le rappelons. Le format est aussi un élément crucial. Notre valeur ajoutée, c’est véritablement la capacité à maintenir des délais courts », explique Sabrina, habituée aux exigences et aux contraintes de certains clients.

En cas de devis plus compliqués ou de négociations commerciales spécifiques, le relais est passé à Didier Canu, directeur commercial à Pussay, qui a une connaissance de l’historique clients très importante. Sinon, les chefs d’atelier viennent souvent nous voir quand il y a un doute sur un tirage. La fabrication ? Un rôle clé, assurément. 



15 sept. 2015
Jacques Aglaghanian, dit « Mr Jacques », fondateur du groupe

Le parcours de Jacques Aglaghanian est hors norme. Tous ses salariés l’appellent avec respect Monsieur Jacques, ce qui nous ramène à une époque où le patron qui traite convenablement ses salariés mérite la reconnaissance de tous ceux qui vivent grâce à l’entreprise qui révèle leur talent. 

 

A 86 ans, Monsieur Jacques est toujours aux commandes du groupe Japell Hanser Sag, entreprise familiale réputée dans son domaine, qu’il a bâti de ses propres mains, et avec une direction collégiale partagée en famille. Jeune gadzart (Arts et Métiers), Jacques est un ingénieur qui a comme devise efficacité et qualité. En 1952, il débute comme ingénieur de production dans une société de Belleville, avec un patron gadzart. La société Drevet de 80 salariés se développe autour du pelliculage, alors technologie industrielle innovante.  « à 50 ans, je décide de lancer mon entreprise », lance Mr Jacques. Il était déjà à Villebon-sur-Yvette (91) et décide de s’installer à Pussay, en dessous d’Etampes. Un ami chef d’entreprise lui alloue 70 m2 en 1976. 

Courageux, avec sa femme et un salarié, il reprend une partie de sa clientèle avec une machine à pelliculer puis en fabrique lui-même deux autres, en bon ingénieur spécialisé en mécanique. « Pendant7/8 ans, on a mangé de la vache enragée ! », se souvient l’entrepreneur. 

 

N°1 sur le pelliculage en France

 

En 1991, Jacques A. a bien développé son affaire et compte désormais  une cinquantaine de salariés. L’entreprise Japell propose du pelliculage, du vernissage, de la découpe, de la sérigraphie et de la dorure, ainsi que des machines italiennes et suisses. Après une formation complémentaire à HEC, Mr Jacques a repris son rôle de gérant avisé et manie les comptes avec dextérité. Alors que Jean-Baptiste, son fils, a pris le relais comme dirigeant de Japell, à Pussay, Mr Jacques commence une croissance externe stratégique. En 2003, il rachète Hanser, à Bonneuil, reprend 23 salariés, avec des clients prestigieux dans l’univers du luxe (parfums, mode, automobile…) et réinvestit pour 3 millions d’euros en matériel dernier cri. En 2005, Japell Hanser fait l’acquisition de Fivalpes (pelliculage /vernis) à Bobigny, puis de TTG en 2009 (pelliculage, vernis, découpe), également à Bobigny. A 75 ans, Mr Jacques a une stratégie d’entreprise et une vision globale : il créé ainsi une société dont les possibilités de transformation de l’imprimé sont les plus importantes sur le marché en France ! Pour renforcer l’offre sur les métiers de l’embellissement, le groupe a fait le choix d’acquérir SAG, en 2007 à Argenteuil, spécialisée en sérigraphie.  La clientèle du groupe Japell Hanser Sag est composée d’imprimeurs, d’agences, de donneurs d’ordre et de prescripteurs. N°1 en France sur le pelliculage, l’entreprise est particulièrement réputée pour son traitement d’excellence et sur mesure. 

 

Le mot de la fin lui revient : « J’ai eu un parcours industriel, il faut savoir compter, travailler beaucoup, avoir un peu de chance et aussi avoir des idées. ». L’an prochain, il dit qu’il va diminuer un peu le rythme, lui qui est toujours très matinal. C’est sûr, il gagnera cette fois-ci au bridge, une autre de ses passions.