16 sept. 2016
Japell Hanser Sag, partenaire de 7ème Prise de Terre

La biennale d'art contemporain 7ème prise de Terre se déroule depuis 12 ans ce mois-ci à la ferme de la Basse Cour à Arnouville, dans l'Eure-et-Loire. Pour la quatrième fois, le groupe Japell Hanser Sag s'associe à cet événement artistique. La thématique de cette année est « 12 ampères, 12 ans pairs ».

André Marie Ampère (Lyon-1775-Marseille-1836) était un célèbre physicien et mathématicien français. Il est notamment l'auteur de travaux mathématiques puis se tourna vers la chimie, avant de faire de grandes découvertes dans le domaine de l'électromagnétisme.

C'est donc sous la thématique « 12 ampères, 12 ans pairs » que cette 7ème prise de terre se déroule le week-end du 17/18 septembre de 10 h au coucher du soleil à la ferme de la Basse Cour, à Arnouville.

Cette 7ème biennale d'art contemporain rassemble 12 créations artistiques réparties dans le jardin et la forêt de la ferme. Vous pourrez découvrir des productions artistiques sous le thème du lien et de l'électricité mais aussi des réflexions sur le besoin de collectif dans notre société.

Animations tout le week-end

Les artistes présents sont Corinne Joachim, céramiste, Anne-Boutin-Coutin, plasticienne, Philippe Belleney, plasticien, Corinne Salomoni, maquettiste, René Plunian (installation électrique), Christian Pichard, peintre sculpteur, Sabine Barthélémy, décoratrice cinéma, Lili Bel, plasticienne, Laurence Montceau et Armelle Lefèbvre, paysagiste et plasticienne, Christophe Dumont, sculpteur, Patrice Barry, vidéaste, Caroline Worner, céramiste, Laurent Chapus (installation sur la terre : Ampère par le Nord), Victoire Costes, étudiante aux beaux-Arts, ainsi qu'Elie Garros et Clément Poulain, étudiants en licence d'arts plastiques.

Pour avoir plus d'informations sur l'événement et les artistes, c'est sur www.bassecour.fr. -Ferme de La Basse Cour-28310 Arnouville (à côté d'Angerville-Essonne). 



23 août 2016
Zoom sur le recyclage des papiers-cartons chez Japell Hanser Sag

Chez Japell Hanser Sag, la mise en place d’une démarche environnementale certifiée ISO 14001 nous a permis de trouver des solutions adaptées pour trier, revaloriser la totalité des déchets papiers et cartons issus de la production avec la participation de notre partenaire Paprec

En une année, sur les deux sites du groupe, pas moins de 390 tonnes de rebuts de papiers sans bois, papier à base mécanique et papiers rendus complexes par différents pelliculages sont recyclés par Paprec.

Alors que beaucoup de clients pensent que les papiers pelliculés sont plus complexes à être recyclés, une démarche spécifique a été mise en place au sein du groupe. Le pelliculage appliqué par Japell Hanser Sag est fabriqué sur une base de polypropylène, d'acétate de cellulose ou de polyester. Nous utilisons deux types de colles durant cette étape d'embellissement des papiers : soit de la colle à eau (acryliques), soit de l'EVA (éthylène vinyl acétate). Au final, leur recyclage est facilité grâce à une séparation méthodique par bacs mise en place à chaque poste de travail. Désormais, c'est devenu une habitude au sein des équipes.

Séparation des papiers selon chaque usage

Trois grands bacs existent pour effectuer la pré-collecte à destination de notre prestataire : une pour le papier brut non passé en machines, une seconde pour le papier pelliculé recto seul, une troisième pour le papier recto-verso. Nous avons également une presse à balle pour collecter le film polypro, le film étirable et le film à bulles.

Cycle de fabrication d'une nouvelle pâte à papier

Les papiers-cartons collectés et triés, les matières premières secondaires créées partent ensuite chez les papetiers et les cartonniers. Le papier et le carton vont y subir des épurations plus ou moins sophistiquées.

Le cycle est assez complexe : les fibres sont remises en suspension en les mélangeant avec de l'eau par trituration des balles. Transformées en pâte, elles sont transportées par des pompes. Les éléments indésirables (colles, adhésifs, métaux, agrafes, ficelle, encre, reliure) sont éliminés selon différentes étapes : séparation par tamisage, par différence de densité, par désencrage du papier.

La suspension fibreuse est alors égouttée puis subit une nouvelle étape de tamisage...Le procédé du blanchiment permet d'améliorer la blancheur de la pâte et de décoller les papiers teintés. La pâte à papier est enfin séchée par compression entre des cylindres d'acier chauffés qui vont ainsi définir le futur grammage du papier. Le papier, ainsi recyclé est mis sous forme de bobines et prêt à être réutilisé.

Les déchets triés et éliminés par les stations de désencrage partent dans des filières adaptées : les métaux (trombones, agrafes) vont rejoindre la filière métaux ; les boues éliminées composées de craies et d’argiles vont rejoindre les filières bâtiment (cimenterie, carrelage, brique…) ; les plastiques, s’ils sont homogènes, sont réutilisés : les refus mélangés sont utilisés par la filière de l’incinération avec récupération d’énergie.

On retiendra aussi que les papiers-cartons ne peuvent pas se recycler à l'infini. Il est estimé qu'une même fibre peut être réutilisée 5 à 7 fois en moyenne. Pour obtenir un papier optimal, il est indispensable d'introduire dans la fabrication de la pâte à papier des fibres vierges en complément des fibres recyclées.  



09 août 2016
Une guitare confiée aux savoirs-faire de Japell Hanser Sag

Le projet vient de Pierre-Alain Thibault, designer graphique et papier formé à l’école Pivaut de Nantes. À l’occasion d’une exposition intitulé “Rock’n Paper”, organisée à Trempolino à Nantes, il propose à la vente une guitare à monter soi-même. Entièrement réalisée dans son atelier, le projet ne le satisfait pas entièrement. Complexe à monter, difficile à produire, pas assez qualificative…

“C’est en découvrant le petit robot de Japell Hanser Sag, lors du Fedrigoni Tour, que j’ai pris contact avec Sabrina Loffredo, (commerciale chez Japell Hanser Sag), pour expliquer mon projet”, résume Pierre-Alain.

La guitare est inspirée d’un modèle mythique, emblématique des débuts du rock’n roll, la Gibson ES 335. Elle restera à jamais ancrée dans la pop culture avec des portes étendards aussi fameux que BB-King, les Beatles ou bien Chuck Berry. C’est d’ailleurs du fameux “Johnny B-Good” de ce dernier que la guitare tire son nom.

Le conseil et le suivi client de Japell Hanser Sag a permis de déterminer une méthode de découpe correspondant au plus près au cahier des charges. La proposition d’un fraisage numérique permettant une qualité de finitions et une précision comparable à une découpe laser, en s’affranchissant de ses traces de brûlures.

La dorure à chaud et la sérigraphie de blanc ont également été réalisées par nos soins. Imprimée sur 5 papiers différents, le projet est ainsi décliné en 5 couleurs.

Papier coupé, plié, collé

En tout, il y a eu 650 impressions pour 500 objets collectors, vendus sous forme de planche prédécoupée, numérotée à la main et livrée sous enveloppe à fermeture japonaise, celée à la cire blanche.

La marque Papier Plié prend vie. D’un projet fictif, elle devient une marque à part entière.

Cet objet insolite s’adresse aussi bien aux musiciens qu’à des passionnés de rock ou simples mélomanes.

Toutes les étapes de fabrications sont artisanales et réalisées en France.

En savoir plus : www.papierplie.fr

 Couleurs :

• bleu (shiny blue)

• blanc nacré (oyster shell)

• rouge (rosso passione)

• noir (Coal Mine)

• gris métallisé (platinuium)



25 juil. 2016
h+m France, partenaire du groupe Japell Hanser Sag au delà du Book

h+m France, entreprise dirigée par Frank Perina fait partie du groupe international Kurz. La société fondée en 1966 en Allemagne est un fabricant de clichés et d'outillages pour le marquage à chaud, le gaufrage et la microstructure. Elle est présente en France depuis 2002.

Partenaire essentiel du Book Japell Hanser Sag, primé en 2015 au salon Graphitec, h+m France est la filiale du groupe h+m dont le siège est en Allemagne. Le groupe dispose au total d'un parc de 35 machines CNC pour la gravure de clichés, de 12 centres d'usinage et de 23 presses de vulcanisation pour la fabrication de contreparties.

Parmi les spécialités de cette entreprise de niche, des techniques pointues ont permis d'arriver à un produit abouti comme le Book Japell Hanser Sag. C'est le cas avec le marquage à chaud, des clichés de microstructure et de nanogravure ou encore de poinçons pour le braille et le gaufrage multi-niveau, entre autre.

Embellissement poussé des papiers

Parmi les techniques très fines, on retiendra les contreparties indexées pour tous les reliefs, réalisables à partir d'un fichier 3D. Le résultat atteint par la gravure après travail donne une idée de l'embellissement des papiers, qui constitue aussi l'ADN du groupe Japell Hanser Sag.

Dans le domaine de la nanogravure, différents effets peuvent être obtenus grâce à une équipe très spécialisée : les motifs peuvent être plus fins de 40% par rapport à la microstructure, le papier ou le carton peut avoir un effet alu brossé, des effets lenticulaires et la technique peut même servir à des reproductions de photos. Parmi les secteurs utilisant la nanogravure, la cosmétique, la billetterie et cartes à puce, ainsi que les étuis et les étiquettes sont des applications classiques.

La précision et la qualité des matériaux fournis sont en général sublimées par ces techniques.

Le Book des effets spéciaux a d'ailleurs fait l'objet d'une citation lors d'un reportage diffusé en juin 2016 sur TF1 dans le cadre du design s'inspirant de ce type de motifs pour le design automobile, la parfumerie ou encore l’ébénisterie...

En savoir plus : www.hinderer-muhlich.fr/



23 mars 2016
Sortie du magazine Shoes UP #49 : une première sur une couverture !

L'innovation reste dans l'ADN de Japell Hanser Sag. Le magazine de culture urbaine Shoes UP, trimestriel de 164 pages nous a sollicité pour la couverture de son numéro 49. William, le directeur artistique souhaitait une encre rétro réfléchissante, à l'image d'un modèle de chaussures Converse auto-réfléchissant sorti récemment. « Nous étions déjà intéressés par cette technique présente dans l'univers de la mode. Le 1er échange avec Japell Hanser Sag a eu lieu mi décembre 2015. Après des tests et des validation, nous sommes fiers de sortir ce magazine #49, une première en France et sans doute au delà », résume William de Waf agency.

Affiches en kiosque avec le même procédé

La sortie du magazine le jeudi 3 mars a été accompagné d'une campagne d'affichettes kiosque également réalisée par Japell Hanser Sag, selon le même procédé.

Christophe Pujol, attaché de direction chez Sag a suivi du début à la fin ce dossier. « C'était une première aussi pour nous.  Je savais que nos équipes pourraient le réaliser ! » Plusieurs essais ont été effectués. Il fallait mettre de l'argent dans l'encre pour qu'elle puisse se voir. La complexité a été d'adapter le procédé à une couverture imprimée en quadrichromie. Grâce à un procédé développé par nos équipes, nous avons réussi à obtenir ce rendu camouflage en ondes rétro réfléchissantes.

Techniquement, la réalisation de cette couverture qui devrait ravir les fans du magazine a nécessité une impression quadrichromie . Une encre réfléchissante vision flash photo sur écran de téléphone a été appliquée.

Le résultat est là. Le magazine devrait, on l'espère, devenir collector.

Plus d'infos : Christophe Pujol : Japell Hanser Sag : 01 45 13 10 50.

Sur le magazine : www.shoes-up.com



08 mars 2016
Japell Hanser Sag, présent le 10 mars sur le Fedrigoni Tour à Nantes

A l'occasion des 20 ans du groupe Fedrigoni France, une tournée en France est organisée dans neuf villes où sont associés des clients et des partenaires du fabricant de beaux papiers. La thématique choisie est « le papier dans tous ses états », une occasion pour le fabricant de papiers européen de présenter l'utilisation de ses papiers de création à ses clients.

Japell Hanser Sag sera bien sûr au rendez-vous le 10 mars lors d'une étape du Fedrigoni Tour. Ce sera au musée de l'imprimerie de Nantes, 24, quai de la Fosse, entre 11 h 30 et 15 h.

Comme cela a été le cas à Lyon, le 21 janvier dernier lors d'une précédente étape du Fedrigoni Tour, une partie de l'équipe de Japell Hanser Sag présentera les différentes techniques d'embellissement pratiquées : pelliculage, vernissage, sérigraphie, marquage à chaud, gaufrage, façonnage. Ce sera l'occasion de présenter plus en détail certaines techniques pratiquées lors de l'embellissement des imprimés, notamment à propos du gaufrage et de la dorure en rentrant dans les options très pointues applicables à l’embellissement des imprimés.

De nombreuses réalisations seront issues du travail primé l'an dernier au salon Graphitec à partir du Book Japell Hanser Sag, tiré sur du papier de création Fedrigoni.

Plus d'infos sur le Fedrigoni Tour : www.fedrigoni.fr



04 mars 2016
Japell Hanser Sag participe à la réalisation de deux couvertures de La 5e Vague

Sans doute vos adolescents connaissent par cœur la série de livres  La 5e Vague, roman de science-fiction de l'auteur américain Rick Yancey. Le lancement en France a été réalisé par les éditions Robert Laffont et deux tomes devenus des best-sellers sont sortis. Fin janvier 2016, le film inspiré de la série est arrivé sur les écrans de cinéma français.

La collection R destinée aux jeunes adultes et dirigée par Glenn Tavennec se développe fortement, dans la lignée des succès de Twilight ou Hunger Games... Les adolescents et autres amateurs de ce genre (les personnages sont jeunes et traversent des épreuves qui leur permettent symboliquement de passer à l'âge adulte, grâce à des comportements exemplaires, ici la lutte contre des aliens qui ont envahi l'humanité) se retrouvent sur les réseaux sociaux et forment une communauté mondiale de fans.

Embellissement des couvertures

À l'occasion de la sortie du film, les couvertures des deux tomes de La 5e Vague ont été embellies par Japell Hanser Sag. La réalisation a nécessité quatre applications : pelliculage argent brillant, impression U.V. Offset blanc + quadri réalisée par l'imprimeur Déjà Link, pelliculage polypro mat puis vernis sérigraphique brillant.

La sortie du film sur les écrans français sera sans doute l'occasion pour les lecteurs de redécouvrir ces deux tomes de Rick Yancey, auteur américain dont vous pouvez retrouver l'œuvre sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/AuthorRickYancey/?fref=ts. Le troisième et dernier volet de la trilogie, La Dernière étoile, sortira en mai 2016.

La 5e Vague, de Rick Yancey-Éditions Robert Laffont-Collection R-à partir de 13 ans.



15 févr. 2016
Japell Hanser Sag a réalisé des teasers pour Fedrigoni

Fedrigoni est un groupe international spécialisé dans la production de papiers fins pour l'impression, l'édition, les étiquettes, la reliure, les emballages et le cartonnage. Créée en 1717 par Giuseppe Fedrigoni, dans les environs de Rovereto, en Italie, l'entreprise s'est fortement développée au niveau international au fil des générations. Avec 2500 articles disponibles à son catalogue, Fedrigoni est un des leaders du marché du papier personnalisé en Europe.

Teaser « The black Butterfly »

Japell Hanser Sag a été sollicité pour réaliser un teaser de l'outil « Black Butterfly ». Sous forme de carton de présentation à trois volets, il a été conçu par Cécile Touati (studio Décanoisette) sur du papier Sirio ultra black 280 grammes tiré à 1500 exemplaires. Des enveloppes sur-mesure ont été produites sur du papiers Ispira Rose Fuscia.

Techniquement, les différentes étapes utilisées pour ce teaser sont les suivantes : aplat rose au mêmes teintes que l'ispira de l'enveloppe, feuillage avec un vernis UV brillant , le relief étant épais.

Les papillons noirs ont été effectués en noir brillant, le texte de présentation a été inscrit en argent sérigraphique poudré recto-verso ; une micro-perforation a été sollicitée pour dessiner le papillon noir et l'inscription « The black butterfly collection ».

Le produit a été réalisé en étroite collaboration entre Fedrigoni et Japell Hanser Sag. Les deux sociétés avaient déjà travaillé ensemble sur le Book 2015.

Le travail finalisé va être un objet de communication à suivre sur le site de Fedrigoni : http://www.fedrigoni.fr.




08 févr. 2016
Julia, responsable de la démarche environnement

Rentrée chez Japell Hanser Sag à 24 ans, Julia a commencé au standard à l'écoute des fournisseurs et des clients. Assistante de direction, licence administration générale et territoriale en poche, Julia est chargée du suivi de la démarche environnement du groupe.

Le poste demande beaucoup de réunions, de la patience, et le fait d'être très organisée et rigoureuse sont des atouts non négligeables. Le suivi de cette démarche demande également d'être proche des équipes de production pour veiller à améliorer -par étapes- l'approche développement durable de la société, à l'échelle d'un groupe réparti sur deux sites de production.

Elle nous explique son implication au quotidien : « on distingue 4 catégories de déchets papier à trier dans notre secteur ,chaque catégorie est recyclée : après épuration, le papier est recyclé en papeterie pour en faire de la pâte à papier. Les déchets triés et éliminés par les stations de désencrage partent dans des filières adaptées pour un recyclage optimum.

Chacun des éléments constituant les papiers-cartons sont donc recyclés au mieux selon la hiérarchie des modes de traitement définie par le code de l’environnement». les plastiques sont également recyclés à 100% (polypro, film étirable).

Norme ISO 14001

« Notre cœur de métier, le pelliculage, avait « mauvaise presse » et les techniques étaient jusqu’en 2005 assez polluantes. Notre entreprise a donc investi dans des techniques sans solvants.

Depuis, nous avons reconverti totalement notre parc machines dans des techniques colle à eau.

C’était alors le bon moment de s’engager dans une démarche ISO 14001. »

La démarche certification ISO 14001 a débuté en 2008. Japell a obtenu la certification en 2011 suivi de Hanser en 2014.La démarche est globale et va au-delà du recyclage. Elle prend en compte tous les impacts environnementaux possibles : la notion de bruit (voisinage) et de respect des eaux usées (une machine retraite les eaux de lavage d'écran.)

La société utilise les produits les moins polluants possibles. Les déchets « dangereux »sont retraités par un prestataire agréé qui vient les enlever : chiffons, vernis, colles, emballages souillés. La consommation d'énergie a été anticipée lors de l'achat d'une nouvelle machine. Le parc informatique (PC, imprimantes) et le tri de papiers dans les bureaux rentrent dans cette démarche.

En collaboration avec la société Paprec, le leader français du secteur pour le recyclage du papier toutes catégories confondues, Japell Hanser Sag veille à un tri optimisé des papiers.

Audit chaque année

« Sur le site de Pussay, nous avons optimisé la démarche avec 4 bennes de tri différentes pour le papier machine », explique Julia.

Pour valider cette certification, un bureau d'étude (Veritas) audite chaque site tous les ans pour vérifier l’efficacité du système mis en place. Rien n'est donc acquis dans ce domaine.

Pour ce suivi de la démarche environnement, Julia a suivi une formation au CESI à Orléans.

Nous avons remarqué que la certification ISO 14001 a contribué à une meilleure organisation grâce à l’implication de l’ensemble du personnel. »

« Nous sommes beaucoup plus attentifs aux consommations d’énergie dans chacune de nos activités. »

L'engagement de Japell Hanser Sag nécessite une rigueur administrative selon les exigences de la norme. Le groupe commence à avoir des démarches qualité et réalise des actions permettant de gagner en productivité. Une démarche de qualité poussée, au profit des équipes et, bien sûr, des clients. 



17 déc. 2015
Des cartes de voeux livrées dans un écrin

Peut-être les avez-vous reçues ? Surveillez vos boîtes aux lettres et ne manquez pas vos voeux 2016 !

Japell Hanser Sag aime surprendre ses clients et partenaires. En cette fin d'année, nous avons conçu pour vous un jeu de cartes de voeux autour du chiffre 16, la nouvelle année précisemment.

Livrées dans un écrin, ces cartes de voeux 2016 résument une grande partie du savoir-faire du groupe.

Trois modèles ont été conçus en interne : une carte marron faisant intervenir une dorure structurée très fine pour le chiffre 16, avec une typographie forte, avec vernis relief. La seconde est de couleur lit de vin/prune en sérigraphie rouge, avec un graphisme triangulaire. La 3ème est bleue/or avec un intérieur rose-prune. Le chiffre 16 est dans un rond, avec utilisation d’une encre sérigraphique or et d’un vernis UV.

Prolongement du Book

Le jeu de cartes est livré dans un écrin avec un pelliculage, du vernis pour réhausser la typographie du titre, l'ensemble façonné dans les ateliers du groupe, un aperçu du savoir-faire de Japell Hanser Sag.

On retrouve une partie des possibilités de fabrication présentes dans le Book JHS, toujours disponible en stock (lartdembellir@japell.fr), comme une sorte d'échantillon de l'ouvrage.

Le papier utilisé est celui de nos partenaires, Fedrigoni et l'étape dorure a été réalisée en accord avec H+M (outils à dorer). Cette création sur-mesure reflète l'esprit innovant qui anime notre groupe. Elle fait intervenir une association d'embelissement pour aboutir à une création plus riche de vos imprimés.

Dans cet esprit, nous vous souhaitons une excellente fête de fin d'année et restons à votre écoute pour vos projets.  

Contact : 01 69 95 10 30. japell@japell.fr



01 déc. 2015
Nouvelle machine à dorure pour Japell Hanser Sag

Jean-Baptiste Aglaghanian, directeur général du groupe Japell Hanser Sag nous présente sa nouvelle machine à dorure BOBST acquise cet été. 


Le projet d'investissement dans les métiers de la dorure a pris forme avec l'acquisition  d'une nouvelle machine de grande série BOBST SP 126 BMA.

Livrée cet été, acquise en Italie, la machine fabriquée en Suisse devrait permettre au groupe Japell Hanser Sag de passer une étape supplémentaire pour ses commandes de dorure grand format. 


Japell Hanser Sag est le 2ème transformateur à proposer ce format en France et un des plus grands acteurs hexagonaux en parc de machines résume Jean-Baptiste Aglaghanian, directeur général du groupe. 


Montée en cadence sur les grandes séries


Le parc de machines est désormais très large et peut répondre à la majorité des demandes clients. Japell Hanser Sag possède 2 autoplatines, 4 cylindres et une platine manuelle. Associées aux machines de pelliculage, le travail d'embellissement s'adresse à la fois à des petites séries (marché du luxe) et à des forts tirages d'impression, du petit au grand format.


Plus d'informations :  Japell Hanser Sag – route de Gommerville-91740 PUSSAY-Tél : 01 69 95 10 30-japell@japell.fr. 



09 nov. 2015
Martial, gaufrage et découpe, 25 ans chez Hanser

A 52 ans, Martial est le dernier d’une famille de 10 enfants. Bien que ses frères et sœurs l’appellent « le parisien », Martial n’oublie pas pour autant ses racines picardes et son sens terre à terre des réalités. 

Sans jamais se départir d’une exigence assez développée chevillée au corps, Martial a eu l’occasion de former de nombreux stagiaires ou apprentis, surtout dans la première partie de sa carrière. Titulaire d’un CAP de chaudronnier, ayant travaillé jeune dans l’exploitation familiale, il rejoint la région parisienne en suivant sa femme native du cru. Par connaissance, il est embauché chez Cartonnex, une société pharmaceutique où il devient responsable de la découpe en trois ans et demi seulement. Après avoir formé quelques salariés, il arrive à l’âge de 25 ans chez Hanser comme conducteur de machine. 

Etape du gaufrage

« Ici, je travaillais plus la feuille et le papier que le carton. C’est beaucoup plus fin, plus difficile aussi. Lorsqu’on travaille pour la marque Lancôme, c’est beaucoup plus délicat », reconnait Martial. En effet, à l’étape du gaufrage, les produits sont valorisés avant son intervention. Le gaufrage est quasiment  le dernier poste avant le façonnage manuel puis, enfin, intervient le pliage et le collage. Une autre étape qui demande beaucoup d’attention. 

La technique du gaufrage est particulièrement complexe. « On fait réaliser des clichés en magnésium ou en laiton à l’extérieur. Ils permettent de donner du relief à une feuille, comme c’est le cas pour le logo d’Hermès par exemple. On place le film sur la gravure souhaitée sur la feuille. On peut apporter des éléments supplémentaires (buvards, plastiques) afin d’améliorer le moulage ». Une des spécialités de la maison est le gaufrage multi niveaux, technique assez recherchée. 

Découpage après le gaufrage

La forme désirée par le client, réalisée à l’extérieur est soumise à son service chez Japell Hanser Sag. Une forme est réalisée par un formiste, à l’extérieur. Une fois la commande arrivée dans les locaux de l’entreprise, Martial travaille avec des cito, afin de faire des contre parties pour les rainages. Adaptées selon le type de papier (granulé, pelliculé…), il les utilise avant de mettre des points d’attache, selon la forme de découpe. Une étape qui nécessite un sens de la précision proche de l’orfèvrerie. 

Après réglage de la pression (20 à 30 tonnes grâce à la machine) sur le papier, Martial utilise une disqueuse adaptée (0.3, 0.4, 0.5 mm) à la forme voulue sur la feuille de mise. Seule 60 à 80% de coupe est réalisée directement à la pression programmée, le restant étant effectué par un ajout de papiers gommés. « Plus le papier est épais, plus les points d’attache sont larges », résume l’orfèvre du gaufrage et du découpage. 



26 oct. 2015
Quentin, doreur patient et minutieux

Il a appris le métier de doreur chez Hanser et cumule aujourd’hui pas moins de 20 ans d’expériences professionnelles à seulement 37 ans ! Ce jeune papa de deux enfants, qui jouait au football avec ses amis n’a plus guère le temps pour les loisirs.

Son métier ? Doreur. Est-ce qu’il y a encore des formations à l’école ? « Plus vraiment, j’ai appris avec des collègues, des conducteurs machine qui étaient chez Hanser », résume Quentin, qui a vu passer des centaines de commandes toutes aussi complexes les unes que les autres. Son expertise intervient en bout de la chaîne de l’embellissement. Compte tenu du coût engendré par cette technique, le droit à l’erreur est quasiment inexistant.

Entré comme apprenti en 1995, à l’âge de 17 ans, Quentin estime qu’il faut 3 à 5 ans pour qu’un doreur commence à être autonome sur des travaux complexes. Mais il reconnait aussitôt qu’il apprend encore, après 20 ans de pratique, même s’il pratique la dorure galbée ou microstructure qui sont les techniques les plus minimalistes du marquage à chaud.

Adaptation aux machines

Derrière Quentin, il y a eu tout au long de ces années une évolution du matériel utilisé : « J’ai commencé avec des petites platines automatiques OFMI, puis une platine presse-portefeuille ;  ensuite, je suis passé sur cylindres petits et grands formats. Je travaille actuellement sur une autoplatine Speria. »

Le savoir-faire

Lorsqu’on lui demande une définition de la dorure, voici une réponse synthétique : « c’est un transfert d’un film à l’aide de pression et de chauffe, sur un support. Ce film peut être or, argent ou de couleur, brillant, mat ou satiné, de différentes teintes ; l’application s’effectue à l’aide d’un bloc gravé (en magnésium, laiton ou cuivre, sélectionné en fonction du travail à accomplir). »

Les étapes à respecter sont les suivantes : fichier transmis par le client, permettant la réalisation d’un film de placement, fabrication des fers à dorer  par un sous-traitant, mise en place des blocs sur le chassis, équilibrage de la mise.

« Le placement du marquage à chaud peut se faire, soit après l’étape d’impression, soit sur un support vierge, en prévision de découpe ou gauffrage, ou de surimpression sur la dorure », précise le spécialiste.

Et d’ajouter : « L’équilibrage de la mise peut aller jusqu’à une précision de 2/100ème de mm, certains supports nécessitant plus ou moins de pression que d’autres. »

Un calage de dorure peut couramment prendre 3 ou 4 heures, selon le travail à réaliser. « on développe des qualités de patience, de minutie et une écoute du besoin des clients et toujours avec la satisfaction d’avoir participé à l’embellissement d’un produit », témoigne –t-il.

Références clients parmi les plus prestigieuses

En poste soit le matin (6 h/13h30), soit l’après-midi (13h30/21 h), il arrive parfois, exceptionnellement de finir un travail pour des clients le samedi en fonction des délais à respecter.

Parmi les références clients, Hanser compte de nombreuses marques de luxe, notamment chez les parfumeurs. Les spiritueux, quelques faire-part ou invitations très haut de gamme Pour le Book des effets spéciaux, Quentin a apprécié de travailler sur du papier Fedrigoni  mais reconnait que d’autres sont complémentaires pour l’application du marquage à chaud et qu’il est préférable de s’assurer au préalable de sa compatibilité avec le film choisi.  

Quoiqu’il en soit, il est prêt à relever le défi de commandes très complexes en perfectionniste, à l’affût du moindre défaut. 



12 oct. 2015
Franck, la sérigraphie chevillée au corps

Initié par un maître de la sérigraphie en France et reconnu à l’international, Michel Caza, Franck a fait ses classes pendant 15 ans. Parmi les clients de cet atelier mythique de grandes marques comme Chanel, Vuitton pour la PLV haut de gamme et de nombreux artistes contemporains ; Arman, Pierre Soulages, Jeff Koons, Andy Warhol, Salvador Dali, Niki de Saint Phalle, Leonor Fini, Robert Combas, Fabienne Verrier, Hugo Pratt et bien d’autres, mais aussi le Palais de l’Elysée pour ses cartes de vœux.

Inscrit à Corvisart aux cours du soir, en vue de passer un CAP de sérigraphe, Franck a 26 ans lorsqu’il intègre l’équipe de GrafiCaza à St Ouen L’Aumône et  il y travaillera pendant 15 ans. L’atelier sera vendu en 2005 et Franck voguera alors vers d’autres horizons. « Avec Michel Caza, j’ai appris les encres UV, la fabrication des teintes, l’impression en trame fine.  Une approche technique et artistique de la sérigraphie. Une aventure passionnante qui dura 15 ans. »

Un ami qui installait du matériel de sérigraphie chez SAG m’a dit que le patron d’alors était en recherche d’un sérigraphe confirmé. Après une formation prépresse en PAO, une validation des acquis (VAE), Franck passera de l’image au lettrage. « La difficulté réside dans les subtilités du réglage de la machine, le choix du caoutchouc de la racle qui sera déterminant pour rendre la finesse d’une typographie… », explique-t-il. Aujourd’hui, Franck a 51 ans et 25 ans de sérigraphie.  L’apport de sa connaissance pour les grandes marques est précieuse à la société SAG.

Travail d’expert sur le Book des effets spéciaux

Le book des effets spéciaux a été un superbe challenge pour Franck qui a utilisé certaines teintes fabriquées chez Dubuit, en fonction des supports donnés par Fedrigoni : « Selon la variété des papiers, il fallait trouver des solutions, tout en donnant suffisamment d’intensité aux couleurs du Book » Le résultat est présent avec un coup de cœur spécial décerné à l’occasion du salon Graphitec 2015. Franck étant un maillon de l’équipe des sérigraphes présente à toutes les étapes de fabrication (Yero N’Diaye aux écrans, Sonia Merzouk à l’impression)

Les machines sur lesquelles travaillent Franck sont une « 4 pinces à plat et une machine cylindre ». La sérigraphie permet l’impression sur des papiers d’exception. Ici, Japell Hanser Sag demeure compétitif, pour certains vernis relief et vernis paillettes. Toutes les commandes réalisées sont archivées afin de pouvoir refaire les mêmes travaux (maille de l’écran, capillaire utilisé, type de racle, formulation des teintes).

Franck a deux enfants de 18 et 22 ans. Dont un qui est en stage découverte au sein de la société. Côté finition, une autre de ses spécialités, l’orfèvre de la typographie aime le sur-mesure : «  pour moi, c’est un prolongement, j’ai continué à apprendre mon métier en travaillant avec de la typographie, chercher des solutions liées à la bonne texture de l’encre, son accroche, son éclat, ainsi qu’aux réglages nécessaires. » Son expérience lui permet de conseiller les clients pour donner corps à leurs idées. Un sens de la pédagogie au service des plus exigeants.

 



05 oct. 2015
Ludovic Gaujard, responsable pelliculage de nuit

Rentré chez Japell à l’âge de 23 ans, Ludovic est désormais responsable de l’équipe de nuit. Sacré parcours pour ce sportif qui a pratiqué le vélo de route en compétition.

 

L’univers de la nuit, à l’atelier, c’est toujours particulier. Des horaires décalés bien sûr quand tout le monde dort, mais aussi un choix de la part de Ludovic, en 2000, à l’occasion du passage aux 35 heures.

Chez Japell Hanser Sag, pas moins de 10 personnes oeuvrent de nuit pour que les clients aient leurs commandes au petit matin. Les nuits commencent à 20h 30, jusqu’à 5 heures du matin, avec une pause obligatoire de 30 minutes à deux heures du matin.

Ludovic est conducteur du pelliculage de nuit et aussi responsable de cet atelier. « La valeur ajoutée du pelliculage, c’est de rendre le papier déjà imprimé plus résistant, imperméable, en quelque sorte en faire un véritable produit de luxe. Nous avons plusieurs aspects au finish : mat, brillant, mat satiné ou polyester argent…pour les papiers les plus exigeants, ils sont soumis à quatre passages», explique Ludovic.

Différentes techniques de collage

« Lors de ces passages, afin que le pelliculage prenne sur la feuille imprimée, l’étape du collage est nécessaire. Il existe plusieurs techniques : colle à eau puis passage au four pour sécher la colle, colle déjà appliquée sur la pellicule, ce qu’on appelle le dry (brillant ou mat) ; colle à UV, c’est-à-dire colle séchée sous des lampes UV. Chaque technique correspond au papier désiré et au traitement adapté. L’enrichissement d’une feuille augmente son coût unitaire. Le traitement est différent selon que ce soit une bande dessinée, une affiche ou un  support de luxe où quatre passages sont nécessaires », explique cet expert.

La nuit, Ludovic est référent du bon fonctionnement des machines: une destinée à la colle UV, deux à la technique du dry dont une recto-verso, une grande dry pour les très grands formats, deux destinées à la colle à eau.  

Ludovic s’accorde une micro-sieste de 15 minutes chaque nuit afin de tenir le rythme, dans la salle de pause. L’équipe est particulièrement solidaire et très expérimentée, avec des profils possédant  en moyenne 20 ans d’expériences maison. Les petits trucs de professionnels du pelliculage, chaque membre de l’équipe les connaît et les applique au profit de clients habitués à la qualité Japell Hanser Sag mais toujours aussi exigeants. L’excellence, c’est la griffe de la maison Japell Hanser Sag depuis 1977.

 



28 sept. 2015
Sabrina Loffredo, service fabrication, toujours à l’écoute

Avec 23 ans d’ancienneté chez Japell Hanser Sag, Sabrina  a un sens aigu du service clientèle. Dans son service, l’accueil client et le traitement des devis est fait dans l’heure. En effet, le service fabrication débute dès 5 h du matin à Pussay jusqu’ à 12h30 ou bien de 12h30 à 20h. Un rythme à prendre donc pour être au plus près de l’accueil client…

Atout de taille, Sabrina Loffredo connaît les différents postes liés à l’entreprise Japell, ainsi que certaines contraintes techniques, pour avoir travaillé sur différentes machines.

« Certains clients veulent être livrés tôt le matin, c’est pourquoi, dès 5 heures, nous sortons les bons de livraison afin que les camions partent le plus tôt possible. Nous avons nos propres chauffeurs qui livrent sur la région parisienne et bien au-delà. Les tirages roulent la nuit sur nos machines », résume celle qui a le sens de l’endurance.

Début au façonnage-découpe

Cette maman de deux enfants, sportive, effectuant quelques sorties à vélo hebdomadaire, a l’habitude de la gestion des clients et sait répondre à leurs exigences, souvent élevées.

Elle a commencé avec Mr Jacques à l’atelier de façonnage/découpe, où elle a travaillé pendant 7 ans sur trois machines. Au début, une Heidelberg typo noir (transformée en machine à rainer et découper) puis une Joahnisbergh avec cylindre et une Bobst, machine de découpage à plat, auto platine. Toujours en deux huit, depuis 1992. Sabrina a même été conductrice en vernisseuse offset  durant 3 ans et demi (vernis sélectif avec plaques photopolymère).

« A l’époque, nous faisions beaucoup d’imprimés type couvertures de magazines, de boîtes d’emballage pour les clients télécom », se souvient celle qui est désormais au contact quotidien avec les clients… et leurs habitudes de commandes.

Service fabrication

Depuis fin 2002, Sabrina a intégré le service fabrication composé de quatre personnes, deux le matin et deux l’après-midi. Ici, la tension est constante. Japell répond aux besoins des clients du matin au soir, tard. Les coups de téléphone débutent dès 7h30. Les imprimeurs sont matinaux, ce n’est pas une légende…Une fois la commande passée, les dossiers sont préparés afin d’alimenter l’atelier de fabrication. « Nous regardons au préalable si les dossiers sont conformes avec le bon de commande client. En cas de doute, nous le rappelons. Le format est aussi un élément crucial. Notre valeur ajoutée, c’est véritablement la capacité à maintenir des délais courts », explique Sabrina, habituée aux exigences et aux contraintes de certains clients.

En cas de devis plus compliqués ou de négociations commerciales spécifiques, le relais est passé à Didier Canu, directeur commercial à Pussay, qui a une connaissance de l’historique clients très importante. Sinon, les chefs d’atelier viennent souvent nous voir quand il y a un doute sur un tirage. La fabrication ? Un rôle clé, assurément. 



15 sept. 2015
Jacques Aglaghanian, dit « Mr Jacques », fondateur du groupe

Le parcours de Jacques Aglaghanian est hors norme. Tous ses salariés l’appellent avec respect Monsieur Jacques, ce qui nous ramène à une époque où le patron qui traite convenablement ses salariés mérite la reconnaissance de tous ceux qui vivent grâce à l’entreprise qui révèle leur talent. 

 

A 86 ans, Monsieur Jacques est toujours aux commandes du groupe Japell Hanser Sag, entreprise familiale réputée dans son domaine, qu’il a bâti de ses propres mains, et avec une direction collégiale partagée en famille. Jeune gadzart (Arts et Métiers), Jacques est un ingénieur qui a comme devise efficacité et qualité. En 1952, il débute comme ingénieur de production dans une société de Belleville, avec un patron gadzart. La société Drevet de 80 salariés se développe autour du pelliculage, alors technologie industrielle innovante.  « à 50 ans, je décide de lancer mon entreprise », lance Mr Jacques. Il était déjà à Villebon-sur-Yvette (91) et décide de s’installer à Pussay, en dessous d’Etampes. Un ami chef d’entreprise lui alloue 70 m2 en 1976. 

Courageux, avec sa femme et un salarié, il reprend une partie de sa clientèle avec une machine à pelliculer puis en fabrique lui-même deux autres, en bon ingénieur spécialisé en mécanique. « Pendant7/8 ans, on a mangé de la vache enragée ! », se souvient l’entrepreneur. 

 

N°1 sur le pelliculage en France

 

En 1991, Jacques A. a bien développé son affaire et compte désormais  une cinquantaine de salariés. L’entreprise Japell propose du pelliculage, du vernissage, de la découpe, de la sérigraphie et de la dorure, ainsi que des machines italiennes et suisses. Après une formation complémentaire à HEC, Mr Jacques a repris son rôle de gérant avisé et manie les comptes avec dextérité. Alors que Jean-Baptiste, son fils, a pris le relais comme dirigeant de Japell, à Pussay, Mr Jacques commence une croissance externe stratégique. En 2003, il rachète Hanser, à Bonneuil, reprend 23 salariés, avec des clients prestigieux dans l’univers du luxe (parfums, mode, automobile…) et réinvestit pour 3 millions d’euros en matériel dernier cri. En 2005, Japell Hanser fait l’acquisition de Fivalpes (pelliculage /vernis) à Bobigny, puis de TTG en 2009 (pelliculage, vernis, découpe), également à Bobigny. A 75 ans, Mr Jacques a une stratégie d’entreprise et une vision globale : il créé ainsi une société dont les possibilités de transformation de l’imprimé sont les plus importantes sur le marché en France ! Pour renforcer l’offre sur les métiers de l’embellissement, le groupe a fait le choix d’acquérir SAG, en 2007 à Argenteuil, spécialisée en sérigraphie.  La clientèle du groupe Japell Hanser Sag est composée d’imprimeurs, d’agences, de donneurs d’ordre et de prescripteurs. N°1 en France sur le pelliculage, l’entreprise est particulièrement réputée pour son traitement d’excellence et sur mesure. 

 

Le mot de la fin lui revient : « J’ai eu un parcours industriel, il faut savoir compter, travailler beaucoup, avoir un peu de chance et aussi avoir des idées. ». L’an prochain, il dit qu’il va diminuer un peu le rythme, lui qui est toujours très matinal. C’est sûr, il gagnera cette fois-ci au bridge, une autre de ses passions. 



17 juin 2015
Japell Hanser Sag, sollicité pour la Fête du cinéma pour 4 millions de cartes à gratter

La Fête du cinéma, vous connaissez ? Il s’agit de cette formidable invention qui date de juin 1985 et qui rassemble chaque année en France 3 millions de spectateurs ! Cette année, elle se déroulera du 29 juin au 2 juillet, à la fin de l’année scolaire ou presque.
Encore quelques chiffres : 323 000 visiteurs se rendent sur le site officiel du Grand Jeu de la Fête du Cinéma et 410 000 visiteurs uniques sur le site internet pendant les 4 jours de l’opération, ce qui représente pas moins de 40 000 fans Facebook.
Lors de cet évènement,  4.000.000 de cartes à gratter personnalisées avec un code unique  sont distribués. En rentrant son code unique sur le site internet (lien réalisé avec un QR Code imprimé sur la place de Cinéma)  vous avez accès à un jeu concours réalisé par "instant gagnant" ou vous pouvez gagner de nombreux cadeaux. De plus, sont réparties de manière aléatoire 40.000 places de cinéma à gagner, écrit en toutes lettres sur la carte.

Process en synergie avec Déjà Link

Ces cartes, d'un format 10 x 10 cm, sont imprimées en impression offset puis reprise dans son intégralité en impression numérique afin d'être personnalisées à l'unité.
Sur cette impression réalisée dans les locaux de DEJA LINK à Stains, Japell Hanser Sag réalise un vernis UV brillant total puis une encre à gratter argent ainsi qu’une mention en surimpression sérigraphique noire.
Cette opération a été mise en place en 2012 avec l'agence exclusive de la FNCF (Fédération Nationale des Cinémas Français). DEJA LINK réalise pour sa deuxième année consécutive la fabrication de ces Cartes. Chaque planche, chaque carte personnalisée doivent être identifiées et suivies tout au long de ces nombreuses transformations. DEJA LINK et son partenaire Japell Hanser Sag ont su mettre en place des process avec leurs équipes afin d'assurer le bon acheminement des 4.000.000 de codes valides. Chaque gâche est identifiée physiquement puis informatiquement afin de garantir qu’il y ait aucune erreur dans le process et dans la livraison du fichier intégrant l'ensemble des codes imprimés.
 
Ce jeu dès la première année a été un réel succès et a vu près de 300.000 personnes inscrites au jeu concours. Le  FNCF avait pour souhait que 100% de ce projet soit réalisé en France, DEJA LINK et Japell Hanser Sag sont fiers d'avoir su relever ce défi depuis maintenant plusieurs années.



09 juin 2015
Exclusivité : Japell Hanser Sag a créé un robot pour Graphitec


L’équipe créative de Japell Hanser Sag qui expose au salon Graphitec vous a réservé une petite surprise à venir retirer sur son stand. Vos enfants et grands enfants ou vous-même pourront découvrir le petit robot de Japell Hanser Sag, à monter soi-même.


Conçu et fabriqué par nos ateliers, il montre un aperçu de nos possibilités de pliage et de sérigraphie et bien d’autres techniques à découvrir au stand F42-G41, Porte de Versailles, pavillon 3.

Vous aurez l’occasion de rencontrer Didier, notre directeur commercial ou Jean Baptiste, un des managers de Japell Hanser Sag pour comprendre comment ce robot a été conçu dans nos ateliers. Un bon début pour aborder vos besoins en sérigraphie, marquage à chaud, pliage, gaufrage, façonnage, vernissage, pelliculage…pour vos documents ou emballages.


A bientôt sur notre stand du 9 au 11 juin seulement, dans la limite des stocks disponibles.


www.japell.fr



21 mai 2015
L’édition 2015 du salon Graphitec en résumé

A l’occasion de la quinzième édition du salon de la chaîne graphique, Graphitec, Japell Hanser Sag sera présent et exposera en partenariat avec la société Clément, relieur-brocheur.

Nous serons à votre disposition au stand F42 et G41 pour répondre à vos demandes et vous montrer les savoir-faire de notre groupe développé depuis 1977, à travers les techniques de pelliculage, vernissage, sérigraphie, marquage à chaud,  gaufrage et façonnage que nous pratiquons au quotidien pour la satisfaction de nos clients .

Vous pourrez également consulter notre Book des effets spéciaux 2015 qui vient de sortir et le commander sur place.


Le salon Graphitec se déroule du 9 au 11 juin à Paris, Porte de Versailles, Hall 3. C’est le principal salon de la chaîne graphique en France et se déroule tous les deux ans. Il s’adresse aux professionnels des industries graphiques : imprimeries, agences, traitement du papier et support d’impression, matériel d’impression, prestations de services et logiciels, pré-presse, signalétiques et aux clients finaux : entreprises hors filières graphiques, administrations, collectivités.


Matinales et coups de coeur


Cette année, le salon propose quatre cycles de conférences : « Vendre, organiser, produire et financer ». Parmi les nouveautés, le café de la formation sera animé par des écoles et partenaires du salon durant 45 minutes chaque matin. Des matinales seront organisées en préouverture du salon, en partenariat avec les fédérations et syndicats partenaires.  


Le comité Graphitec’xperts décernera ses coups de cœur exposants aux nouveautés les plus marquantes, utiles ou innovantes le 9 juin. Le 59ème Cadrat d’Or, récompensant  un imprimeur pour l’excellence de ses réalisations, sera remis le 11 juin à 14h30.


En tout, 10 000 visiteurs professionnels sont attendus à  Graphitec 2015 qui doit rassembler 150 exposants.


En savoir plus : http://www.graphitec.com/